COMMUNIQUE DE PRESSE DU 24 JUIN 2002

 

Halte aux vols ou plus exactement aux détournements des pensions retraites par impôts interposés !

 

Le Chef du gouvernement et les députés auraient fait la nique aux électeurs, électrices retraité(e)s  car ils n’ont plus besoin de leur voix, ils n’ont plus besoin d’eux pour les prochaines élections de 2002 et de 2005, la nouvelle liste électorale leur suffit ?

A bon entendeur salut !

 

Le 24 juin 2002 les retraités de la Caisse des Prestations Sociales se sont réunis pour exprimer pacifiquement leurs colères face à  leurs pensions de retraites, qui ont été charcutées d’une manière insupportable, humiliante et criminelle.

 

Ces opérations, qui diminuent, par des méthodes  draconiennes, toutes les pensions de retraites, méthodes draconiennes qui ont été aveuglément adoptées par les élus du RPP-FRUD ; votes parlementaires qui se sont déroulés en période pré-électorale où les députés du Parti au Pouvoir inquiets pour leur prochain mandat ne pouvaient qu’applaudir ces mesures draconiennes antisociales.

 

Ces mesures draconiennes antisociales contre tous les retraités feront inéluctablement l’objet d’un recours auprès du Pouvoir Judiciaire, même si, et souvent à juste titre, bon nombre de Djiboutiens considèrent que la Justice Djiboutienne est totalement sous le diktat du Premier Magistrat.

 

Cette manifestation pacifique, du 24 juin 2002, de plusieurs centaines de personnes âgées a été vers 10h30 sauvagement réprimée par les Forces Armées de répressions, et ceci juste en face du Palais de Justice, aux vus et aux sus de tous les Juges présents à ce moment là au Tribunal.

 

Cette répression intolérable et injuste, juste à la veille du 25ème anniversaire de l’Indépendance est très , très  lourde de conséquences   

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) dénonce vivement toutes les lois anti-sociales qui ont été adoptées dans un climat malsain, et s’oppose avec fermeté aux mesures inhumaines et dégradantes à l’égard des personnes âgés, à l’égard de tous les  retraité(e)s djiboutiennes et djiboutiens.

RETOUR AU MENU